Rue des voleurs

< précédentsuivant >spec22_rue_des_voleurs_750x500


1pix_transp

– THÉÂTRE –

RUE DES VOLEURS

D’après le texte de Mathias Enard
Mise en scène et adaptation Bruno Thircuir
Cie La Fabrique des petites utopies

MER 4 au VEN 6 AVRIL 20H30
À partir de 14 ans
Durée 1h30
En camion-théâtre
Parking du tdB
(sous réserve)

tarif_rouge

RÉSERVER

À bord du camion-théâtre, de Tanger à Barcelone, roulez jeunesse !

Lakhdar habite Tanger et il partage avec les jeunes de sa génération, ceux de l’autre rive, les mêmes rêves. A l’heure des printemps arabes, son exil va le conduire à la rencontre des indignés espagnols. Le roman de Mathias Enard, (Prix Goncourt 2015 avec Boussole) raconte cette jeunesse révoltée, insatiable et amoureuse. Celle que l’on délaisse et que l’on enferme dans des préjugés d’un autre âge.
Le camion-théâtre de la Fabrique des petites utopies est un laboratoire des arts vivants qui roule sa bosse depuis des années entre les deux rives. La compagnie a créé le spectacle au Maroc et en France. Elle ne pouvait imaginer adapter ce roman initiatique sans réunir des artistes venus des deux côtés de la Méditerranée, aux langues et langages artistiques différents. Les mots, la vidéo, le cirque sont autant de matériaux pour exprimer la violence de ce monde qui est le nôtre, et son asymétrie.
Dans l’antre du camion itinérant qui se déplie sur la place publique, on pourra entendre le souffle confus et étouffé d’une jeunesse qui continue de résister.

Avec Ayoub Es-Soufi, Jean-Luc Moisson, Alphonse Atacolodjou, Comédiens vidéo Aicha Ayoub, Tilila Latifa Idmassaou, Juan Martinez, Christophe Mirabel, Création vidéo Thomas Bour, Coordination artistique de la création vidéo Aicha Ayoub, Création lumière et régie vidéo Pauline Aussibal, Scénographie François Gourgues, Création musicale Francis Mimoun.


Dans la presse

“Avec cette adaptation du roman de Mathias Enard, Bruno Thircuir de la Fabrique des petites utopies livre un spectacle sur un héros prisonnier de sa condition de jeune arabe de Tanger, de l’Histoire coloniale, de la peur de l’Occident. Une réussite.”
Le Petit Bulletin